Quand l’hiver vient avec le froid, une personne met un bonnet ou un chapeau pour avoir chaud. Pour une maison, c’est à peu près le même cas. Réaliser l’isolation de ses combles, c’est éviter que le froid s’infiltre dans le logement donc, un gain en énergie thermique. Selon l’affirmation de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (reconnu avec son acronyme Ademe), une maison non isolée perd de la chaleur par le toit entre 25 % jusqu’à 30 % de la consommation d’énergie du chauffage, ce qui représente une grande déperdition thermique. L’isolation combles aménageables participe donc à l’économie d’énergie d’un foyer.

L’efficacité de l’isolation des combles en termes d’économie d’énergie

Il faut avant tout savoir que l’isolation des combles aménageables ou déjà aménagés ne peut se réaliser que pour les propriétaires d’une maison individuelle. Le locataire lui peut à tout moment déménager, et ce type de travaux ne lui revient pas, qu’il fasse chaud ou froid dans la maison. Il ne peut donc pas bénéficier d’un retour sur investissement. Concernant l’isolation, la toiture est le premier lieu qui perd beaucoup de chaleur. L’Ademe stipule même que pour les maisons construites avant 1975, ce qui est le cas de la majorité des maisons françaises, la déperdition thermique varie de 25 % à 30 %. La réalisation d’une isolation de la toiture donnera alors un grand impact sur la facture du chauffage. Pour réaliser ce type de travail, il est conseillé de faire appel aux services d’un professionnel en isolation. Dans le but d’obtenir une maison complètement isolée, l’entreprise d’isolation Isodeal (www.isodeal.fr) par exemple propose son expertise de plus de 30 ans pour isoler les maisons ou les bâtiments.

Vente d’une maison : une maison sans isolation devient peu bénéfique pour le vendeur

Pour ceux qui souhaitent revendre leurs logements, ils doivent savoir qu’avant de revendre, il est obligatoire de réaliser un diagnostic de performance énergétique (également appelé DPE). Il consiste à noter une maison avec une catégorie A pour un habitat très performant, donc très économique en énergie, jusqu’à la catégorie G pour ceux qui consomment trop d’énergie. Cette étiquette devra par la suite s’inscrire dans l’annonce immobilière. Cette note donne beaucoup d’influence sur le prix de vente. Pour certains notaires par exemple, une maison notée D en DPE, aux alentours de la banlieue parisienne se vend à 9 % moins cher comparé à une maison de catégorie A ou B. Pour ceux dans la catégorie F et G, la revente devient très peu bénéfique pour le vendeur.

Technique d’isolation des combles

Concernant l’isolation des combles aménageables, il existe deux méthodes très différentes. Il est possible de réaliser la méthode d’isolation par l’intérieur. La seconde méthode consiste à réaliser l’isolation de l’extérieur. La première méthode est le plus facile à réaliser. Le seul inconvénient avec cette méthode, c’est que la hauteur du sous-plafond devra alors diminuer. Mais cela reste la seule méthode à utiliser pour une isolation des combles perdus (il s’agit des combles avec des poutres où leurs positions ou même la hauteur empêchent l’aménagement.) Ici, l’isolant (isolation par flocage par exemple) devra être posé directement sur le plancher des combles. Pour la seconde approche, il s’avère un peu plus difficile, car il faudra enlever la toiture tout entière (enlever les ardoises, les tuiles, etc.). Ce type d’isolation est idéal pour ceux qui rénover ou réparer la toiture qui fuit de sa maison.

Bien choisir l’isolant pour ses combles

Un isolant doit normalement mesurer dans les 25 centimètres à 30 centimètres d’épaisseur pour les combles aménageables. Pour ce qui est des combles perdus, il devra mesurer 30 centimètres à 40 centimètres pour pouvoir isoler entièrement le toit. L’isolant le moins cher se trouve être les laines de roche ou de verre. Il a pour avantage sa facilité à mettre en place et son prix. Par contre, il s’agit d’un produit qui consomme beaucoup d’énergie durant sa fabrication ou son extraction. Il se classe alors dans les produits à « énergie grise ». Pour préserver l’environnement, optez pour les isolants bio-sourcés. Il s’agit d’un isolant de source animale ou végétale. Ces produits bio-sourcés deviennent de plus en plus prisés. Par contre, le prix de cet isolant reste un peu plus coûteux comparer à l’isolant en laines minérales. Pour la pose de l’isolant, l’idéale, c’est l’isolation par flocage. Ce dernier consiste à pulvériser l’isolant en forme de pâte, mélangé avec un liant, sur les combles. Cette méthode offre une isolation optimale des murs et aussi des plafonds. Une fois mis en place, il faudra laisser l’isolant se sécher pendant une à deux semaines. À noter que ce type d’isolation reste très complexe (talochage, roulage et beaucoup d’autres travaux à réaliser). Il est donc conseillé de faire appel aux services d’un professionnel ou une entreprise d’isolation pour ce type de travail.