Réaliser des économies d’énergie est un des grands objectifs de la France qui veut, à la fois, être moins dépendante de fournisseurs étrangers et réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Sa politique énergétique définit le but et les normes à respecter pour l’atteindre. Elle prévoit également des aides financières pour les travaux de rénovation thermique réalisés conformément à la loi.

La France doit diminuer sa consommation d’énergies fossiles

La France veut arriver à une plus grande indépendance au point de vue énergétique. Pour cela, elle doit réduire sa consommation globale et se tourner davantage vers les énergies renouvelables. En diminuant sa consommation énergétique, le pays diminue ses besoins en pétrole et en uranium venant de l’étranger. Cela est possible si de gros efforts sont consentis pour une rénovation énergétique massive (cliquez ici) du parc résidentiel existant où l’isolation est manquante ou insuffisante.

Parallèlement aux travaux d’isolation réalisés dans les bâtiments existants, les nouvelles constructions répondent dorénavant à des normes strictes visant à maximiser leurs performances énergétiques. Les équipements qui fonctionnent grâce à une énergie renouvelable comme le solaire, l’éolien ou la géothermie sont de plus en plus privilégiés. Ainsi, tous les bâtiments deviennent moins énergivores et l’émission de gaz à effet de serre, qui découle de l’utilisation d’énergies fossiles, est par conséquent considérablement réduite.

La politique énergétique française

Si la France a décidé personnellement de réduire sa facture énergétique pour retrouver une certaine indépendance, elle n’a pas vraiment eu le choix de fixer l’objectif à atteindre pour lutter contre le réchauffement de la planète. Le simple fait d’être dans l’Union Européenne l’oblige à s’engager et à prendre les mesures utiles afin de respecter des objectifs précis en un temps déterminé. Sa politique énergétique doit permettre de diminuer de 3% par an ses émissions de gaz à effet de serre.

Suite à la loi POPE (Loi de Programmation fixant les Orientations de la Politique Énergétique) promulguée en 2005, les grands distributeurs d’énergies aident les clients à diminuer leur consommation énergétique car eux-mêmes sont obligés à ne pas dépasser un quota précis d’énergie vendue. Ils financent, entre autres, les travaux de rénovation énergétique à l’aide de Certificats d’Économies d’Énergie(CEE) aussi appelés prime énergie. Les fournisseurs réussissent ainsi à limiter leurs ventes et évitent de devoir payer de fortes amendes.

Le calorifugeage, une rénovation énergétique financée par les CEE

Les tuyaux d’eau chaude sanitaire et de chauffage qui traversent des locaux non chauffés et qui ne sont pas calorifugés occasionnent environ 10% de perte de calories or, la chaudière et le chauffe-eau sont souvent installés au sous-sol ou dans le garage. Cette perte de chaleur est compensée par une augmentation du thermostat et donc une consommation accrue d’énergie. Ceci explique pourquoi le calorifugeage des tuyaux d’eau chaude est encouragé par un financement complet des travaux.

Pour bénéficier de la prime énergie, il faut que le bâtiment (maison ou immeuble) soit construit depuis 2 ans et que le propriétaire ou le locataire fasse appel à une entreprise ayant le label RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). De cette manière, le calorifugeage qui consiste à entourer les tuyaux d’un matériau isolant est conforme aux normes précisées par la réglementation thermique. Cette isolation simple, rapide et gratuite se traduit par des économies d énergie non négligeables et par un geste écocitoyen modeste mais important.