Les factures de chauffage et d’électricité sont un gouffre financier pour la plupart des foyers français. Cependant, il faut savoir qu’il existe différents moyens d’en diminuer le coût. Pour cela, il suffit de réaliser des travaux d’isolation judicieux au niveau du toit, des combles, des murs, du sol,… qui permettent de faire baisser considérablement la consommation énergétique en évitant les déperditions thermiques, été comme hiver. On peut ainsi faire de véritables économies tout en gagnant en confort de vie à l’intérieur de son habitation. Mais en quoi consiste l’isolation ? Combien cela coûte-t-il ? Et quelles sont les économies réelles et effectives sur la consommation énergétique ?

En quoi consiste l’isolation d’une habitation ?

Un logement qui n’est pas isolé perd environ 25% de sa chaleur intérieure par les murs, 10% par le sol, et pas moins de 30% par le toit ! Il est donc primordial d’investir dans des travaux qui permettent d’éviter au maximum cette déperdition de chaleur. Pour cela, il existe différentes techniques d’isolation, notamment en terme d’isolation des combles et d’isolation de toiture. Il s’agit de placer des matériaux isolants (minéraux, végétaux, animaux, ou synthétiques) dans les endroits les plus sujets aux déperditions thermiques (murs, toit, combles, sol). Ainsi, un maximum de chaleur sera préservée dans l’habitation en hiver, et un maximum de fraîcheur sera gardée en été également. Ce maintien efficace d’une température intérieure constante permet un confort de vie inégalé toute l’année, ainsi qu’une baisse considérable des factures de chauffage et d’électricité. La consommation énergétique globale est réduite, les économies réalisées très importantes, tout en faisant un geste écologique pour la sauvegarde de la planète et le respect de l’environnement.

Comment réaliser une bonne isolation de son logement ?

L’idéal, pour réaliser la meilleure isolation thermique pour son logement, est de faire appel à un artisan qualifié, certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) et ce, pour plusieurs raisons : d’abord parce qu’il s’agit d’un professionnel de la pose d’isolants et que son travail sera réalisé dans les règles strictes d’hygiène et de sécurité ; ensuite, parce que les travaux seront propres et de qualité irréprochable ; et enfin, parce que le fait que l’artisan soit certifié RGE permet de se rendre éligible aux aides financières de l’Etat et des Collectivités qui, depuis plusieurs années maintenant, prônent vigoureusement la transition énergétique. Le professionnel de l’isolation thermique procédera au collage, à l’agrafage, au vissage, au soufflage, ou à l’épandage d’isolants de qualité sur les différentes parois de l’habitation et dans les endroits les plus sujets aux déperditions de chaleur (isolation des combles perdus par exemple). A chaque configuration de terrain s’adapte telle ou telle technique d’isolation. Il existe même la technique du Sarking qui consiste à placer le matériau isolant à l’extérieur de la toiture !

Combien coûte l’isolation d’un logement ?

Le coût de l’isolation dépend surtout du type d’isolant choisi. A titre indicatif, voici les prix moyens des différents isolants que l’on peut trouver sur le marché :

Isolants minéraux

– laine de verre 14€/m2 – laine de roche 22€/m2 – perlite 28€/m2

Isolants végétaux

– fibre de bois 35€/m2 – liège expansé 80€/m2 – laine de lin 25€/m2 – laine de chanvre 35€/m2 – laine de coton 30€/m2 – ouate de cellulose 35€/m2 – textile recyclé 30€/m2

Isolants animaux

– laine de mouton 27€/m2 – plumes de canard 27€/m2 – plumes d’oie 35€/m2

Isolants synthétiques

– polyuréthane 56€/m2 – polystyrène expansé 25€/m2 – verre cellulaire 53€/m2 Au prix des matériaux isolants, il faut ajouter le coût de la pose : compter en moyenne 35€ de l’heure en fonction de l’entreprise, ainsi que d’autres frais induits tels que la structure d’accueil de l’isolant, qui sera en bois ou en métal.

A noter que la méthode du Sarking (isolation de la toiture par l’extérieur) est beaucoup plus onéreuse que l’isolation par l’intérieur car elle est plus complexe à réaliser.

Comment une bonne isolation peut-elle faire baisser la consommation énergétique ?

Lorsque que les déperditions de chaleur sont trop importantes dans son logement, celles-ci sont inévitablement compensées par une surchauffe pour éviter d’avoir froid : on augmente la température du chauffage pour combler le manque de chaleur, et les factures augmentent en conséquence. De plus, un manque d’isolation entraîne des surfaces plus froides des parois (toit, murs, sol), et refroidit du coup les pièces intérieures. Sans compter les courants d’air froid qui passent par les moindres petits espaces non-isolés. Grâce à une excellente isolation, les déperditions thermiques deviennent quasi nulles, et la montée en température et l’inertie à l’intérieur du logement deviennent, du coup, beaucoup plus efficaces. On utilise donc moins de chauffage et donc moins d’électricité. Effectuer une bonne isolation de sa maison entraîne des dépenses, certes assez élevées au départ, mais qui sont très vite rentabilisées. En effet, isoler ses combles permet de réaliser jusqu’à 30% d’économie sur sa facture de chauffage et le coût des travaux est rentabilisé très rapidement : en moyenne en 5 ou 6 ans. Le montant des économies réalisables grâce à un renforcement de l’isolation de son logement s’élève à 450 € en moyenne par an ! Un montant loin d’être négligeable dans le budget d’un foyer, surtout si celui-ci est plutôt serré. Autre avantage, et non des moindres, à réaliser une très bonne isolation de son habitation : la valorisation. Effectivement, en cas de revente de son logement, l’argument « isolation » représentera une véritable plus-value lors d’une future vente éventuelle, car le logement aura le bénéfice d’être bien classé au DPE (Diagnostic de Performance Énergétique).

Quelles sont les différentes aides financières disponibles ?

Afin d’alléger le coût des travaux d’isolation de votre logement, l’Etat et les Collectivités locales proposent différents types d’aides financières et de subventions pouvant même être cumulables entre elles. Sous condition d’éligibilité, vous pouvez prétendre aux :

– Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) : jusqu’à 30% de réduction du coût des travaux.

– EcoPrêt à Taux Zéro : jusqu’à 30000 € d’emprunt à Taux 0%.

– TVA réduite : réduction de la TVA à 5,5% (voire à 10% dans certains cas).

– Prime Energie : jusqu’à 20% de réduction du coût des travaux.

– Aides de l’ANAH : jusqu’à 50% de réduction du coût des travaux.

– Pacte Energie Solidarité : isoler ses combles pour 1€ symbolique, c’est possible !

– Autres subventions : territoriales, régionales, départementales, communales,… en fonction de l’endroit où se situe l’habitation.

Toutes ces aides font l’objet d’une demande préalable (en général sur internet), avant le début des travaux en fournissant des devis d’entreprise. Ensuite, les dossiers sont étudiés au cas par cas par chacun des organismes concernés, et les subventions sont attribuées en fonction de plusieurs critères : lieu géographique, revenus du foyer, nombre de personnes dans le foyer, âge de l’habitation, etc. Aujourd’hui, quelques soient les revenus du foyer, tout le monde peut prétendre à ces différentes aides. Les démarches sont simples, se font souvent en ligne, et les économies réalisées valent vraiment le coup !